Aucun commentaire

Pluie de médailles à Tokyo!

Même la pluie qui s’abat au Fuji International Speedway ne va pas empecher le para cyclisme de récolter son lot de médailles habituelles. Elle a arrangé certains mis en difficulté d’autres mais finalement les français sont quand même sur les podiums !

Avec un chrono à 2 :23.49, la française termine les 79.2kms du parcours sur route ce matin en troisième position derrière le doublé britannique Storey-Lane Wright qui terminent à sept secondes l’une de l’autre. La Française s’offre ainsi une deuxième médaille de bronze de ces jeux de Tokyo.

« Je n’en reviens pas c’était très dur.  J’ai serré les dents, j’étais quatrième avant de monter la dernière bosse, j’ai tout donné, j’avais mal aux cuisses. Je manque d’expérience, je me faisais largué dans les virages, et je devais faire l’effort pour revenir à chaque fois. Je suis contente, j’aurais fait une crise de foie si ça avait été une troisième médaille en chocolat.

Alexandre Léauté s’est arraché lui aussi pour aller chercher sa quatrième médaille sur les Jeux de Tokyo. Il est tombé face à une équipe anglaise qui a joué le collectif. Chacun tour à tour, ils ont relancé dans chaque virage ou dans chaque bosse mais sur le dernier sprint, le Français a tout donné malgré un gros mal de cuisses et il franchit la ligne d’arrivée à la 3ème position.

« 4ème médaille aujourd’hui, je suis très content, c’est incroyable en plus les conditions étaient  très compliquées avec beaucoup de pluie, les virages dangereux. Dans la dernier bosse, tout le monde a voulu la chercher cette médaille de bronze, je suis resté très lucide très calme, j’ai très bien couru. Sur le sprint, je ne me suis jamais mis aussi minable, j’avais des crampes aux 500M mais ça a payé donc je suis content.  A plusieurs reprises j’ai failli craquer, mais j’ai pensé à tous les sacrifices que j’avais fait et je suis un compétiteur alors je la voulais cette médaille. »

Les costauds du handbike, Loic Vergnaud, Riadh Tarsim et Florian Jouanny se sont emparés de la médaille d’argent sur le relai handbike cet après-midi. Les Bleus arrivent derrière les Italiens à seulement 30 secondes.

Il y avait 9 tours à faire ce matin et ils étaient trois Français dans ce relai à faire la boucle chacun son tour. c’est Riadh Tarsim le premier à s’élancer sur le circuit Fuji International Speedway dans des conditions météorologiques dantesques. Et c’est sous une pluie battante que l’ensemble de la course va se dérouler. Florian Jouanny lors de sa première boucle connait un incident technique avec ses freins, il a glissé dans un virage et a dû attendre que l’assistant vienne l’aider. Le relai français accumule beaucoup de retard à ce moment-là mais parvient à tout remonter petit à petit.

Cette victoire clôture de la plus belle des manières l’aventure des handbike français à Tokyo.

Très heureux de cette médaille, Riadh Tarsim dédie cette médaille à ses proches mais aussi à David Franek, champion du monde de handbike décédé en 2018

Florent Marais se hisse ce soir sur la 3ème marche du podium en 1’01’’30 derrière l’Ukrainien Maksym Krypak et l’Italien Stefano Raimondi.  « Ça fait des années que je l’attends ma première médaille internationale, j’étais maudit, toujours 4, comme quoi, il faut patienter et le travail paie toujours »

A seulement 21 ans et pour sa première participation aux Jeux Paralympiques , le nageur d’Antibes revient donc avec une médaille de bronze. On est certain que son idole Elodie Lorandi avec qui il a tissé des liens d’amitiés fort est fière de lui.  Il l’affirme à la sortie du bassin , l’objectif c’est déjà une médaille d’or et une médaille d’argent dans trois ans à Paris.

Timothée Adolphe et son guide Bruno Naprix améliorent leur meilleur chrono sur 100 m, avec un temps en 10’90 secondes et remporte la médaille d’argent. Mais devant eux, le Grec Ghavelas bat le record du monde en 10’82.
C’est l’un des tout meilleurs sprinteurs français des Jeux paralympiques. Timothée Adolphe, alias « le guépard blanc » et son guide Bruno Naprix,  ont terminé à la deuxième place d’un 100 mètres ultra-rapide en catégorie T11 (déficience visuelle).
Le duo bat son record personnel avec un chrono de 10’90, derrière le nouveau recordman du monde Athanasios Ghavelas. Le Grec efface l’ancienne meilleure performance mondiale, dans cette finale folle, avec un nouveau chrono de référence en 10’82 secondes.

Pierre Fairbank remporte ce soir sa 9ème médaille paralympique. Le néo-calédonien a bouclé ce  800 mètres en 1’39’’67 et termine derrière le thaïlandais Pongsakorn Paeyo qui bat le record paralympique et le canadien Brent Lakaton. L’expérience a payé sur cette course car le Français a réussi à revenir dans le dernier 200 mètres. Même si Pierre Fairbank s’aligne toujours pour gagner, il savait aussi que l’or et l’argent étaient impossible « ce sont deux avions de chasses devant, quand je vois que j’arrive à passer en troisième position c’est que du bonheur »

A suivre samedi la finale de Nantenin Keita qui se qualifie ce soir en terminant première de sa série. Avec un chrono à 57’40, elle réalise son meilleur temps de la saison. Elle se dit satisfaite de sa qualification mais moins de sa course. Elle sait qu’elle va se faire « gronder » par les coachs parce qu’elle n’a pas couru comme il fallait.

crédit photo : G.Picout-CPSF

 

 

 

 

 

Vous aimerez aussi

Plus d’articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse e-mail valide.

Menu